Communiqués

SNCF : pas seulement une question de gestion, mais celle des services publics

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.
 

 

Le gouvernement organise aujourd’hui une convocation médiatique des patrons de la SNCF.

 

S’il est normal que ceux-ci rendent régulièrement compte au ministre des Transports de leur action à la tête de l’entreprise publique, il serait illusoire de croire que le problème se limite à une simple question de gestion.
 

En réalité la SNCF comme d’autres services publics français est victime d’un manque chronique d’investissements stratégiques, ainsi que la Cour des Comptes le souligne régulièrement. Et cela a fini par se voir et se payer…

 

Ce sous-investissement est le corollaire de la remise en cause du service public entamé il y a une vingtaine d’années sous pression de l’Union Européenne, avec la complicité des gouvernements successifs. L’UE détruit le principe même de service public par la libéralisation, c’est à dire la primauté du profit financier sur l’intérêt général.

 

Qui en souffre en premier ? La ruralité, les quartiers loin des centres-villes, les zones de montagne.
 

Comme toutes les autres entreprises de service public, la SNCF doit bien sûr en permanence se moderniser, apprendre à mieux communiquer, régler ses défaillances, être exemplaire.

 

Mais elle doit surtout pouvoir s’appuyer sur un État stratège, aménageur du territoire, orchestre en chef de services publics puissants et modernes, un État qui cesse d’être soumis aux directives européennes de libéralisation.