L’islam de France est l’affaire des seuls Français musulmans.

Communiqué de presse des Patriotes :

 

Il ne revient pas à la République laïque de structurer une religion. En revanche, la République doit protéger une religion qui se structure dans le respect du principe de laïcité. Quand il s’agit de l’islam, il est vain de vouloir s’ « inspirer fortement de notre histoire, de l’histoire des catholiques et de celle des protestants ». Il n’existe pas de clergé dans le sunnisme qui, de droit, structure le culte.

 

Emmanuel Macron devrait méditer l’expérience française de l’islam en Algérie. La loi de Séparation n’y fut pas appliquée. L’administration a structuré et financé un « islam officiel ». Se développa un islam parallèle qui a fait le succès du mouvement des oulémas du Cheikh Ben Badis. Les musulmans se sont légitimement méfiés d’une organisation sous la tutelle de « mécréants » avec des imams sélectionnés par ces derniers.

 

Les Patriotes proposent que l’islam de France émerge de la base sous la protection de la République. Celle-ci doit empêcher toute intervention publique, notamment locale, et tout financement étranger, y compris privé. Tout appel à la transgression des lois de la République et toute complaisance pour la violence doit être sanctionné selon les termes du Code pénal. Les prêches doivent être prononcés en français. Une telle mise en place demandera du temps, mais voilà trente ans que nos ministres de l’Intérieur, de gauche comme de droite, échouent à structurer l’islam de France.

 

Il faut libérer nos compatriotes musulmans pris en otages par les extrémistes. Il faut leur permettre de vivre paisiblement leur religion. Mais le Président de la République doit se contenter, comme pour tous les Français, de les protéger. Il ne lui revient pas de les commander même après des consultations tous azimuts.