Risque d’inondations à Paris : la stratégie de prévention durable doit être largement renforcée

Communiqué de presse des Patriotes :

De nombreux départements sont en situation de vigilance élevée face au risque d’inondation de plusieurs fleuves et rivières. A Paris, la montée des eaux suscite une inquiétude particulière, les niveaux observés se rapprochant de ceux mesurés lors de la précédente crue de 2016. La situation fait l’objet d’une surveillance attentive et des mesures sont prises par la préfecture de police et l’ensemble des administrations et entreprises publiques concernées, comme la SNCF.

 

Toutefois, il apparaît que la capitale reste mal protégée face au risque d’une crue centennale comme celle qui avait sinistré Paris en 1910. Un rapport de l’OCDE publié ce jour tire ainsi le signal d’alarme et constate que les pouvoirs publics n’ont toujours pas pris la pleine mesure des dangers encourus. En particulier, ce rapport, qui fait suite à des recommandations émises en 2014, constate que le financement des mesures de prévention des inondations reste largement insuffisant. Rappelons que selon l’OCDE, une inondation majeure coûterait entre 3 et 30 milliards d’euros à notre pays ; les enjeux sont donc colossaux. Par ailleurs, l’OCDE regrette à juste titre l’enchevêtrement des différents échelons institutionnels qui empêche des prises de décision efficaces pour le long terme.

 

Les Patriotes appellent le gouvernement et les collectivités concernées à prendre la pleine mesure du risque d’inondation dans la capitale. Ils rappellent que la stratégie la plus efficace et in fine la moins coûteuse consiste à réaliser dès maintenant l’ensemble des investissements nécessaires à la prévention d’une telle catastrophe, la stratégie de l’attentisme, qui semble prévaloir, étant à l’inverse la plus déraisonnable.

Les Etats-Unis appliquent leurs premières mesures protectionnistes : la France va-t-elle faire de même ou se laisser dévorer ?

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Le New York Times nous apprend que Robert Lighthizer, le représentant au commerce des Etats-Unis, a déclaré que son pays appliquerait désormais des droits de douanes sur les importations de machines à laver et de cellules pour les panneaux solaires de 15 à 50%. L’Amérique se protège des importations de pays à bas salaires afin de réduire son déficit commercial et protéger son industrie.
 

Coincée par la politique commerciale antiprotectionniste de l’Union Européenne, la France ne peut pas se protéger alors que son industrie en aurait bien besoin pour se redresser.
 

Le protectionnisme sur les panneaux solaires est d’ailleurs un enjeu majeur. Nous pourrions engager massivement notre transition énergétique en étant sûr que nos efforts permettent de conjuguer écologie et économie avec une hausse massive de la production de panneaux solaires en France : une stratégie gagnante pour l’écologie, gagnante pour l’emploi et l’économie, gagnante pour notre moral puisque nous prendrions enfin en main le problème inquiétant des émissions de CO2.
 

La France doit être libre de fixer des droits de douane appropriés secteur par secteur afin d’engager le redressement de son industrie et revenir à terme au plein emploi. Le Frexit est là encore la meilleure solution pour notre pays tant l’Union Européenne est opposée par nature à toute mesure de ce type.