Macron communique par Gmail : une atteinte directe à la sécurité nationale

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Cyril Martinez
Référent national Les Patriotes au Numérique et à l’Innovation.

Un récent article du Monde révèle que le président de la République utiliserait pour traiter d’enjeux stratégiques français sa boîte mail personnelle Gmail, le service de courrier électronique de Google. Cet amateurisme pose un problème majeur de sécurité nationale dans la mesure où ces échanges ne sont pas cryptés et sont stockés sur des serveurs américains qui ne respectent absolument pas les règles françaises de cybersécurité.

Cette information est particulièrement préoccupante et devrait susciter l’indignation générale. En effet, en 2013, le lanceur d’alerte Edward Snowden révélait que Google transmettait des informations issues de pays étrangers à la NSA, lançant ainsi l’alerte sur des ingérences graves. C’est la sécurité nationale qui est danger !

Selon ses conditions générales d’utilisation, Google peut transmettre ces données. Des intelligences étrangères peuvent donc se retrouver en leur possession et les exploiter. Aux États-Unis, Hillary Clinton a été visée par une enquête du FBI pour avoir utilisé un serveur mail personnel alors qu’elle dirigeait le département d’État américain, équivalent du ministère des Affaires étrangères. En plus du contenu des messages, Gmail dispose des métadonnées associées. Elles correspondent à la date et l’heure d’envoi d’un mail, mais également à la localisation de l’appareil depuis lequel il est envoyé.

L’amateurisme de Macron est par conséquent une faute très lourde. Alors que les moyens alloués aux dispositifs de la cybersécurité nationale sont particulièrement importants (téléphones, réseaux, serveurs et logiciels cryptés), le président de la République piétine toutes ces infrastructures par pur confort personnel.

Les Patriotes s’indignent face à tant d’inconscience capricieuse. Dans ce cadre, ils appellent à ce que, comme aux États-Unis, une enquête indépendante soit menée pour savoir quelles informations ont transité vers les serveurs Gmail et si celles-ci ont été transmises à une quelconque intelligence étrangère. À l’issue de cette enquête, et, en fonction des conclusions apportées, des sanctions claires devront être prononcées dans l’intérêt de la France.

Victoire au Parlement européen contre les pesticides grâce à un amendement de Mireille d’Ornano !

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Florian Philippot et Mireille d’Ornano
Députés français au Parlement européen
 
Mireille d’Ornano, membre de la commission spéciale sur la procédure d’autorisation des pesticides par l’Union européenne, a proposé au vote des députés européens un amendement au rapport final adopté par cette commission. Cet amendement vise à durcir un rapport trop timide, sans effet contraignant sur la Commission européenne, qui pourra malheureusement continuer de mener une politique soumise aux lobbies agrochimiques.
 
Nous nous félicitons néanmoins du vote de cet amendement, parce qu’il a une portée symbolique forte. Il consiste en effet à défendre l’interdiction de l’épandage de pesticides à proximité des lieux où se trouvent les populations vulnérables. Sont notamment concernés les écoles, les maternités, les terrains de jeux, les crèches, les hôpitaux et les établissements de soins.
 
Il est en effet inadmissible que les personnes vulnérables, et notamment les enfants en bas âge, soient exposés à des substances dont la nocivité est bien connue. Des études ont en effet montré que les enfants ainsi soumis à ces épandages ont des risques nettement supérieurs de développer des problèmes neurologiques et des cancers.
Nous sommes heureux que cet amendement ait trouvé le soutien d’une très large majorité de députés européens. C’est un signal politique fort qui montre que la lutte contre les pesticides doit désormais s’intensifier.
 
Avec les Patriotes, nous réclamons l’interdiction de l’usage de tous les pesticides en cinq ans et leur remplacement par des solutions durables comme l’agroécologie. Les lobbies agrochimiques et la Commission européenne sont les amis des pesticides, alors que les Français n’en veulent plus. Pour se débarrasser de ce poison, la sortie du carcan de l’Union européenne, le Frexit, est une étape obligatoire.